Par Geneviève Carpentier

Les nouveaux professionnels de l’éducation ressentent un grand nombre de besoins de soutien durant la période d’insertion professionnelle.  Cette période de la vie professionnelle est particulièrement fertile pour les troubles psychologiques, l’épuisement et les remises en question qui peuvent mener à l’abandon de la profession (Auclair Tourigny, 2017).

Des mesures de soutien à l’insertion professionnelle ont donc été progressivement adoptées à plusieurs endroits dans le monde. Ce sont des moyens qui permettent de soutenir les enseignants débutants qui vivent de nombreuses difficultés, de favoriser leur bienêtre, d’accroitre la rétention dans la profession et d’améliorer l’enseignement et la réussite éducative des élèves (Kutsyruba et Walker, 2017).

Le soutien octroyé aux enseignants novices doit être adapté à leurs besoins de soutien afin de contrer les difficultés rencontrées au cours des premières années dans la profession (Kidd, Brown et Fitzallen, 2015). Pour y parvenir, l’Organisation de coopération et de développement économique (2012) souligne l’importance de considérer les différents domaines de besoins de soutien et de proposer du soutien en lien avec ceux-ci. Bien que des typologies sur les besoins de soutien des enseignants débutants existent, elles ne sont pas actualisées, celles qui existent date de quelques années et correspondent moins à la réalité de la profession qui n’a cessé de se complexifier et de s’alourdir (Tardif, 2013).

Notre recension d’écrits permet de mettre en lumière que très peu de recherches empiriques existent concernant les types de besoins de soutien ressentis par les enseignants débutants, la concordance entre les types de besoins de soutien et la perception qu’ils ont du soutien reçu et les mesures de soutien les plus aidantes. En effet, certains écrits à propos des besoins de soutien des enseignants (Auclair Tourigny, 2017) et des mesures de soutien octroyées (Kutsyruba et Walker, 2017) ont été trouvés, mais pas d’études sur la concordance entre les deux. Étant donné que la mise en place de mesures de soutien est onéreuse (Ingersoll, 2012) et qu’il importe que les enseignants débutants soient épanouis et compétents (Perez-Roux et Lanéelle, 2018), il est important que le soutien offert aux nouveaux enseignants corresponde aux types de besoins de soutien ressentis par ces derniers. Il est également primordial que les mesures de soutien offertes aux recrues soient aidantes. Devant ces constats, la question suivante est posée : Quels sont les types de besoins de soutien ressentis par les enseignants débutants québécois et en quoi les mesures de soutien offertes y répondent-elles et sont-elles aidantes ?

Cette recherche reprend une problématique connue de la communauté scientifique et propose de la traiter différemment pour faire avancer la recherche sur l’insertion professionnelle des enseignants. Ainsi, une méthodologie ambitieuse a permis de faire ressortir des résultats inédits et porteurs de sens. Enfin, cette étude permet d’ouvrir vers de nouvelles pistes de recherche et des pistes de réflexions et d’actions pour l’implantation de programmes d’insertion professionnelle complets et pertinents au regard des types de besoins de soutien des enseignants débutants.

Nous proposons donc de faire plusieurs courts textes afin de présenter les résultats de cette étude.

 

Bio de l’auteure

Geneviève Carpentier est une étudiante à l’Université de Sherbrooke où elle complète un doctorat à la faculté des sciences de l’éducation. En plus d’être chargée de cours dans différentes universités et professionnelle de recherche, elle est également rédactrice en chef de la revue professionnelle Vivre le primaire et assistante à la rédaction à la Revue des sciences de l’éducation.


Références :

Auclair Tourigny, M. (2017). Besoins de soutien des enseignants du primaire québécois : analyse thématique de leurs perceptions en vue d’offrir des pistes d’amélioration pour quatre aspects de leur pratique professionnelle. Thèse de doctorat en psychologie, Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Sherbrooke, Sherbrooke.

Ingersoll, R.-M. (2012). Beginning teacher induction. What the data tell us. Phi delta kappan, 93(8), 47-51.

Kidd, L., Brown, N. et Fitzallen, N. (2015). Beginning teachers’ perception or their induction into the teaching profession. Australian journal of teacher education, 40(3), 154-173.

Kutsyuruba, B., et Walker, K. D. (2017). The bliss and blisters of early career teaching: a pan-Canadian perspective. Burlington, Ontarion: Word & Deed Publishing.

Organisation de coopération et de développement économique (2012). L’enseignement à la loupe. Enseignants débutants : quel soutien leur apporter ? Paris, France : OCDE.

Perez-Roux, T. et Lanéelle, X. (2018). Les enseignants débutants du secondaire : expérience, tensions, épreuves. Dans D. Adé et T. Piot (dir.), La formation entre universitarisation et professionnalisation : tensions et perspectives dans des métiers de l’interaction humaine (p. 21-43). Mont-Saint-Aignan, France : Presses universitaires de Rouen et du Havre.

Tardif, M. (2013). La condition enseignante au Québec. Du XIXe au XXIe siècle. Une histoire cousue de fils rouges : précarité, injustice et déclin de l’école publique. Québec, Canada : Presses de l’Université Laval.