Par Julie Nguyen

Fondamentalement, les femmes et les hommes  ont le même potentiel pour réussir à percer dans le monde professionnel contemporain. Toutefois, plusieurs domaines d’études ne sont pas promus façon égale auprès des deux sexes, créant alors une ségrégation importante dans certains milieux professionnels dont celui de l’ingénierie, un domaine majoritairement masculin. Par exemple, à l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal, parmi les 10 700 étudiants inscrits, seulement 15,3 % sont des femmes, une réalité qui est constatée dans toutes les écoles d’ingénirie. Les lignes suivantes énoncent les enjeux sur lesquels la mission des Ingénieuses de l’ÉTS repose. Les Ingénieuses est un regroupement social ayant pour mission de créer et de favoriser l’intégration des femmes dans le domaine du génie grâce à l’éducation et la sensibilisation. En plus, de soutenir et de motiver leurs paires pendant leur parcours scolaire, les étudiantes utilisent l’organisation pour élargir leur réseau de contacts et faire connaissance avec des ingénieures de métier; c’est une véritable communauté.

Les sciences, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques (STIM) sont des domaines souvent oubliées par les jeunes filles lorsqu’elles songent à leur future vie professionnelle. C’est pour cette raison que nos membres sont très actives lors de l’organisation des projets ayant pour but de faire découvrir aux filles les STIM et de leur donner le goût de s’aventurer dans le domaine. Depuis quelques années, les Ingénieuses participent en tant que bénévoles aux événements « Les filles et les sciences…un duo électrisant » et « Fan de sciences ». Les deux activités sont des journées de découverte et d’immersion pour les élèves du secondaire et du collégial.

En plus de proposer des activités de sensibilisation, le regroupement invite des professionnelles qui se sont démarquées pendant leur parcours afin qu’elles puissent partager avec les ingénieures de demain et les encourager à poursuivre leur cheminement. C’est une excellente occasion pour connaître des représentants de différents secteurs d’activité et pour poser les questions aux bonnes personnes afin d’avoir des références avant d’entreprendre leur carrière. En échangeant avec des professionnelles expérimentées et ayant vécu la réalité du monde du travail, les étudiantes peuvent ainsi avoir un aperçu des défis qu’elles devront surmonter; les femmes sont très peu représentées dans le domaine de l’ingénierie et leur intégration se fait plus difficilement. C’est pourquoi il est important d’avoir un réseau à l’intérieur duquel les femmes peuvent partager leurs expériences professionnelles pour s’inspirer, se soutenir et élargir leurs horizons. De plus, un réseau de contacts facilite la recherche de stage et d’emploi.

Malgré les enjeux d’équité et les multiples préjugés auxquels font face les femmes de ce milieu, plusieurs initiatives ont été mises en place afin d’améliorer la situation dont la loi portant sur l’équité en matière d’emploi, qui encourage l’embauche d’Autochtones, de personnes issues des minorités visibles, de personnes handicapées et de femmes. Les employeurs sont encouragés à prendre les mesures nécessaires pour assurer une équité en matière d’emploi. Malgré le bien-fondé de cette loi, plusieurs femmes se questionnent sur leur embauche et leurs capacités techniques. Elles se demandent si elles sont réellement qualifiées pour l’emploi ou bien si elles sont embauchées sur la base d’un unique critère de sélection, soit celui d’être des femmes. Nous croyons que les femmes sont un atout important au sein des projets collaboratifs. Par leur vécu distinct, elles ont des idées différentes et leur perspective peut mener à des solutions créatives et ingénieuses. L’initiative d’inclure les femmes pour augmenter l’apport en nombre est un premier pas vers la parité et la reconnaissance des femmes dans les milieux professionnels, mais il est tout aussi important de maintenir des environnements de travail inclusifs qui encouragent les professionnelles à s’épanouir à leur plein potentiel.

Ingénieurs Canada vise 30 % de femmes ingénieures en 2030. Avec les communautés de femmes en technologies, les changements de mentalité des employeurs et la panoplie d’activités pour encourager les jeunes femmes à poursuivre une carrière en ingénierie, nous sommes sur la bonne voie pour atteindre l’objectif visé. C’est ensemble que nous pourrons faire un changement !